Label "Arbre remarquable de France" pour Les 2 tamariniers de l'église de notre Dame de l'Assomption

Partager sur :
Ajouter à Mes favoris

Le 1er Label "Arbre remarquable de France" de La Réunion est à La Possession avec les 2 tamariniers de l'église de notre Dame de l'Assomption.

Préservation et reconquête des espèces végétales pour la Ville de la Possession

La Ville de La Possession a reçu ce jour le premier label "Arbre Remarquable de France" de La Réunion par l’association A.R.B.R.E.S pour les deux tamariniers situés à proximité de l’église Notre-Dame de l’Assomption. Une reconnaissance pour la Ville de la Possession qui, attachée à l’importance de la préservation et à la reconquête des espèces végétales, a été saluée pour son engagement d’entretien, de sauvegarde et de mise en valeur de ces arbres, considérés comme patrimoine naturel et culturel. 

Un évènement symbolique 

Ces deux arbres exceptionnels font partis des plus gros, des plus hauts, et des plus anciens de l’île. La Réunion compterait 530 spécimens exceptionnels, les premiers tamarins pays auraient été plantés aux abords des églises de l’Ouest dès 1701. Cette labélisation est la première d’outre-mer portée par fierté par l’association A.R.B.R.E.S.

Priorité à la Nature

Avec plus de 80% d’espace naturel ; ses actions éco-citoyennes destinées à embellir la Ville chaque mois par les citoyens ; l’ouverture d’une seconde pépinière communale comprenant plus de 250 spécimens ;  la plantation de 10 000 arbres et arbustes endémiques ainsi que la restauration et création de 40 ha d’espaces naturels uniques de forêt semi-sèche, priorité est donnée aux arbres à la Possession !

« Nous avons la volonté de préserver l’existant mais d’aller au-delà, de planter de nouveau et reconquérir les territoires perdus au fil des années » a déclaré Gilles Hubert le premier adjoint au Maire.

Un moment d’histoire, partagé les nombreux enfants présents ayant porté d’une seule voix le message « qu’il faut préserver ce que nous donne la nature ». Une exposition de dessins « je dessine mon Tamarinier » a notamment été portée par les enfants du mercredi jeunesse, ayant fièrement reçu une plante endémique à préserver !